Enfants bilingues, leur donner le plaisir de s’exprimer en français -parler, lire, écrire

Vous avez décidé de vous installer à l’étranger. Au début tout est nouveau et excitant, le pays, les autochtones, la culture, la langue… Mais à l’arrivée des enfants, la peur de perdre votre culture, votre langue, de ne pas pouvoir la partager, voir votre enfant prendre le relais, s’impose de plus en plus.
Comment partager notre culture et notre langue, en l’occurence pour nous le français, à nos enfants, sans qu’ils ressentent un poids sur leurs petites épaules? Comment les accompagner, les motiver et surtout comment les garder réceptifs le plus longtemps possible ?
Car c’est bien de cela, dont nous avons tous besoin, nous, parents francophones, « coupés de notre source » : la continuité.

Qui suis-je?

Mais tout d’abord un peu de moi. Je suis maman de trois enfants bilingues, actuellement deux en école primaire et un au jardin d’enfants. Je me suis installée en Allemagne il y a déjà 17 ans, où nos enfants sont nés.
J’enseigne le Français Langue étrangère depuis 15 ans, à des adultes et des enfants. L’enseignement c’est ma passion. J’aime partir à la découverte de nouvelles méthodes, de nouvelles inspirations, les expérimenter et les améliorer. J’essaie sans cesse ce qui pourrait marcher ou non, je lis, je partage, je reste ouverte à toutes idées innovatives. Je fais des essais… Parfois je tombe des nues, mais quand je vois cette peite lueur dans les yeux des apprenants, alors je jubile, je me réjouis d’avoir trouvé LE petit ‘truc’ qui leur fait aimer la langue et progresser.

Il en a été de même avec mes enfants. Le bilinguisme a pris une place importante dès leur arrivée. Il n’était pas question qu’ils grandissent sans savoir d’où je viens, et par là qui ils sont. Leur donner les moyens d’accéder à ma culture, ma langue est devenu primordial. Je souhaite leur offrir la chance d’utiliser la langue française tant à l’oral qu’à l’écrit, bien qu’ils vivent en Allemagne. 8 ans plus tard, après avoir beaucoup lu, entendu des idées ici et là, j’ai décidé de faire mon propre chemin et je pense avoir réussi mon challenge.
Toujours est-il, une épée de Damoclès est là, pointée au-dessus de nous, rien n’est jamais gagné. Le bilinguisme est un “combat” de tous les jours, ne jamais céder, ne jamais laisser une porte s’ouvrir qui risquerait d’évincer le français, de le faire plier…

Parents et enfants, les problèmes du bilinguisme

Sur mon parcours, je rencontre beaucoup de parents qui ne savent pas comment aider au mieux leurs enfants sur leur chemin du bilinguisme, par faute de temps, de repères ou autres . “Comment faire pour que mon enfant parle français?” La question ne s’arrête pas là. Il ne s’agit pas seulement de “faire parler” l’enfant, il s’agit dans le bilinguisme, de donner à l’enfant la motivation nécessaire pour s’approprier le français, en parallèle avec cette autre langue du pays où il grandit. ‘L’influencer’ de telle façon à ce qu’il comprenne qu’il est né avec ces deux langues et qu’elles ne peuvent se dissocier: le français fait partie intégrante de sa personne autant que l’autre langue. Et tout ceci doit passer par le plaisir. Sans plaisir, l’enfant se sentira contraint et abandonnera très vite.

Aujourd’hui, j’ai envie de vous transmettre mon expérience, vous donner les moyens d’accompagner au mieux votre / vos enfants et de vous soutenir, vous et votre enfant. Comment? Par des conseils et des cours. Pour en savoir plus, retrouvez-moi ici.

Et en cadeau, voici quelques pistes et conseils.

Le bilinguisme

  1. Une langue, une culture
    Votre plus grand désir est que votre enfant parle votre langue, cette langue qui vous rattache à votre pays natal. Mais il n’y a pas que la langue… Si vous voulez que votre enfant ait envie de parler le français, il faut aussi lui faire découvrir la culture française. Car un pays s’identifie de par sa langue mais aussi de par sa culture.
    Ainsi parlez français avec votre français, faites-lui aussi apprécier les différents mets français (spécialités culinaires régionales, festives…), vivez ‘à la française’, regardez des films cultes français, faites-lui découvrir la France et son histoire, ses paysages, ses monuments…
  1. ‘Les bilinguismes’
    Il y a plusieurs sortes de bilinguismes. Je ne m’aventurerai pas ici à vous donner toutes les définitions du bilinguisme ( précoce, composé, dominant, simultané…). Par ‘plusieurs sortes de bilinguisme’ j’entends plutôt plusieurs degrés de satisfaction ; certains parents se contenteront de l’apprentissage oral du français pour leur enfant – là aussi il y aura des différences, certains ne parleront français qu’à la maison, d’autres qu’à table, d’autres tout le temps…- d’autres voudront que leur enfant sache aussi lire en français et puis un troisième groupe s’aventurera dans l’apprentissage de l’écrit.
  1. Le bilinguisme, pas de repos
    Le bilinguisme n’est pas une chose acquise, mais un travail de longue haleine qui demande de l’énergie et de la constance. Ne pensez pas qu’une fois que vos enfants parlent français, la partie est gagnée. Il arrivera un jour ou l’autre – peut-être – où votre enfant cherchera à vous tester : en vous répondant en allemand, en vous demandant de parler allemand avec lui en présence de ses copains… Quelle sera alors votre réaction ?
    Surtout n’abandonnez pas. N’offrez pas à votre enfant l’occasion d’établir un contact ‘allemand’ avec vous, gardez ce lien ‘français’ rien qu’à vous qui vous unit, lui et vous. Faites-lui ressentir la force de ce lien, tel un trésor à sauvegarder à tout prix. A vous de trouver des astuces, des tactiques plus ou moins malines pour inciter votre enfant à ne pas détruire ce ‘trésor’. Vous avez besoin d’idées, de pistes, contactez-moi.

La lecture

#Conseils
Il est conseillé d’attendre que l’enfant ait fait deux années à l’école primaire, qu’il ait 8 ans, pour commencer l’apprentissage de la lecture dans une autre langue. L’enfant maîtrise alors la langue et la lecture du pays. Ainsi l’enfant apprendra plus vite et sans trop d’effort à lire dans une deuxième voire une troisième langue, s’il a déjà acquis la lecture dans une première langue. L’enfant pourrait même apprendre seul à lire en français…
Vu sous cet angle, à savoir qu’un enfant sachant lire dans une langue apprendra sans difficulté à lire dans une autre langue vous pouvez ainsi commencer à lui apprendre à lire en français (pour ne pas concurrencer l’école ‘allemande’. 😉
Pour ma part, j’ai commencé la lecture en français avec mes enfants (3 et 4 ans à l’époque) déjà au jardin d’enfants. Ainsi à la rentrée à l’école allemande, à 5-6 ans, mes enfants savaient lire dans les deux langues, d’abord en français et automatiquement en allemand.

#Contre-conseil
Par ailleurs, aujourd’hui, nos enfants sont sans cesse confrontés à l’écrit, les jeux éducatifs, la télévision, les livres ;-). Les enfants sont souvent eux-mêmes demandeurs et montrent leur désir d’apprendre à lire pour enfin faire comme les grands et accéder par eux-mêmes à ce flot d’informations. Et justement, ma question, pourquoi ne pas répondre à cette attente alors que l’enfant est apte à la recevoir, étant avide de tout savoir ?
Vous entendrez vous rétorquer qu’il faut attendre que votre enfant soit assez mature pour accéder à la lecture, à l’école. Cette théorie de la maturité est très présente en Allemagne. Or il n’y a pas de maturité nécessaire à avoir pour avoir accès à la lecture. Nombre de recherches scientifiques sur le développement et le fonctionnement du cerveau ont démontré que la période idéale pour les apprentissages fondamentaux, dont la lecture, se situerait entre 0 et 5 ans.

« Lire est un moyen de grandir et de se développer hors du commun. Lire est sans doute le premier diplôme de l’enfant. La lecture est pour l’enfant le moyen de bâtir sa personnalité, la confiance en soi, la rapidité de compréhension, le discernement, la justesse de jugement et donc le sens de la justice, le sens de l’évasion et donc la liberté, parmi les avantages les plus importants. » L’école à la maison | L’Ecole à la maison

#Pourquoi pas?
On sait que l’apprentissage d’une deuxième langue qui se fait dès la naissance porte ses fruits. Pourquoi ne pas envisager d’aborder la lecture aussi dès le plus jeune âge ? L’enfant apprend ainsi à lire, comme il apprend à parler, naturellement, en interaction continue avec l’autre.
Si vous donnez envie à votre enfant de lire, il sera motivé et il s’essaiera sans difficulté. Besoin d’idées, de soutien? contactez-moi.

Toujours est-il que chaque enfant est différent et vos priorités, votre temps aussi. Pour les uns cela marche, pour d’autres il est préférable d’attendre l’âge de 7 ou 8 ans. C’est vous qui connaissez le mieux votre enfant, vos capacités et vos motivations à chacun.

L’écrit

#la lecture et l’écrit
La lecture ne peut se détacher de l’écrit en fait. En apprenant à lire, votre enfant découvre l’écrit et vice-versa.
Dès son plus jeune âge, avant même qu’il apprenne à lire, écrivez avec lui sur des feuilles cartonnées des mots usuels, les prénoms de votre famille, des mots que votre enfant aime etc… Gardez ces feuilles précieusement et ressortez-les, relisez-les avec votre enfant…
Ecrivez sous sa dictée ce qu’il dessine, une histoire, une carte postale… Le but est de laisser une trace écrite de ce qu’il a dessiné, vécu… Besoin d’idées? contactez-moi.

#écrire, un plaisir
Quand votre enfant saura lire en français, vous pourrez commencer l’apprentissage de l’écrit. Je rappelle l’importance de la continuité. Pour vous aider, instaurer un cadre spatio-temporel ; choisissez un lieu, une horaire, un jour et du matériel spécialement dédié au français. Vous et votre enfant devez être disposés, calmes, détendus et en forme !
Ici, n’attendez pas que votre enfant écrive un texte, ne serait-ce qu’une phrase sans faute d’orthographe ni de grammaire. C’est trop exigé. J’y reviens encore et encore, mais l’important est de lui donner le plaisir d’écrire. D’où l’intérêt de l’écriture libre, une écriture sans contrainte qui amènera votre enfant à faire travailler son imagination. Je vous invite à découvrir cet article très intéressant sur les bienfaits de l’écriture libre
Vous pouvez demander à votre enfant d’écrire la liste des courses, de raconter sa journée, d’évoquer un souvenir. Besoin de plus d’idées? contactez-moi.

Kommentar hinterlassen

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.