Français Belges, amis?

Coupe du monde 2018, la France affrontait hier la Belgique en demi-finale. Ce match n’était pas un match comme les autres, tout du moins avant le coup de sifflet d’envoi. Les médias comme la presse et les réseaux sociaux ont mis en scène ce match ‚amical‘, devant lequel les supporters de chaque équipe se tenait côte à côte:

La France et la Belgique… ce sont comme deux amis qui se titillent sans arrêt, se chambrent gentiment… mais qui s’aiment bien! Alors comment jouer contre un ami? Les supporters ont dû choisir leur camp et ce ne fut pas facile pour certains, notamment ceux qui habitent près de la frontière.  Ce zapping rassemblent quelques petites répliques entre supporters et ce petit reportage décrit assez bien le ‚problème‘ des habitants frontaliers franco-belges qui arborent les couleurs des deux pays.

Cette femi-finale se fut aussi l’occasion d’apprendre quelques termes de football belge grâce à ce tableau de belge-spécial foot:

Pour annoncer cette demi-finale, les médias et les réseaux se sont tout de suite emparée de deux monstres de la bande dessinée dans chaque pays : en France Astérix de Goscinny et en Belgique Tintin de Hergé:

Puis, on a pu voir aussi les symboles propres aux deux pays. Pour la France, outre le croissant et la baguette, on retrouve le vin et le coq que l’on peut voir sur les maillots des joueurs .
Pour la Belgique c’est le manekin Pis,  les frites et les moules. Et voilà ce que ces symboles donnent avant une coupe du monde :

  

Le film „Rien à déclarer“ est réapparu aussi en force. Ce film évoque la relation entre le belge, Ruben Vandevoorde , douanier francophobe, et le français Mathias Ducatel qui avec le passage à l’Europe sont contraints de faire équipe et d’inaugurer la pemière brigade volante mixte franco-belge.  Ils vont alors sillonner les routes de campagnes frontalières à bord d’une 4L d’interception des douanes internationales. Voiture reprise ici à l’occasion de la Coupe du monde.

Ce 11 juin, lendemain de la demi-finale, on peut visionner cette vidéo, évoquant la supériorité des Français… vainqueurs du match…:

Mais d’où vient cette rivalité entre la France et la Belgique?

Coluche, comique des années 80, aurait commencé à faire des sketches sur les Belges, mais dans une interview en 1979 à la rtbf (radio télévision belge francophone) il se défend d’être à l’origine de ces blagues et surtout d’être raciste : „“La mode (des blagues belges), je ne l’ai pas inventée […] C’est surtout du racisme vu de votre fenêtre parce que vu de la nôtre ça n’en est pas vraiment. Je ne crois pas.„. Voici le sketch de Coluche „Le Belge“ qui nous invite à visiter „Anvers, rien que pour l’endroit“, mais surtout qui sait pourquoi les Français ont choisi le coq comme emblême „C’est le seul oiseau qui arrive à chanter dans la merde“. Mais attention, selon lui, en France il y aurait quand même plus de cons que de Belges :

 

Les Français appeleraient aussi les Belges „nos amis belges“, expression dans laquelle ces derniers ne verraient pas une pure amitié, mais plutôt de la condescendance, comme si on disait ’nos amis les chiens’… ça fait mal! L’humoriste Gullermo Guiz évoque dans une chronique du journal Le soir cette fierté des Français en parlant de leurs ‚amis belges‘ : „Elle m’étonnera toujours, cette relation amour-haine. J’écris ce billet depuis Paris, et je sens que l’attitude change un poil. « Ah, ils sont pas mal cette année, nos amis belges ! » En tant que trésorier-fondateur de l’ALCENAB, l’Association de Lutte contre l’Expression Nos Amis Belges, je me demande si le remède ultime à la douce condescendance, qui me semble avoir remplacé ici le mépris depuis Poelvoorde [Benoît Poelvoorde], Damiens [François Damiens] et Stromae, ne serait pas, bêtement, un bon contentieux footballistique entre nos deux équipes nationales… “
Les Français se montreraient arrogants encore quand ils écouteraient un belge parler ;  sa prononciation n’étant pas ‚du bon français‘. „Et les Belges ne savent même pas compter „quatre vingt dix minutes“ ce n’est pas „nonante“ minutes ou seraient-ce les Français qui seraient compliqués (qu’il est dur de ne pas être arrogante 😉 ) ?

Dans le film Il était une fois une fois„, où les Français autant que les Belges en prennent un coup, on découvre toutes les nuances du parler belge et ses différents accents.

L’accent belge est mis en dérision dans d’autres films français comme ici, Le dîner de con:

Les Belges et les Français se taquinent, c’est bon enfant… Et si les Bleus l’ont emporté sur les Diables rouges cétait par pure amitié pour nos amis belges… pour leur éviter cet egotrip dont parle Myriam Leroy,  journaliste belge…

Kommentar hinterlassen

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.