Grand Corps Malade, la beauté de l’âme

De son vrai nom, Fabien Marsaud, né en 1977, est slameur avec une grande verve, un poète d’une grande qualité, comparable à Brel, Brassens. Il manie les mots avec tant de délicatesse et de justesse. Il a su faire connaître le slam au grand public et en faire un genre musical à part entière. En fonction des textes une musique vient accompagner ses textes qui sont dits et  non chantés. Non chantés? Dans son dernier album, Grand Corps Malade s’est pourtant mis à la chanson, pour son deuxième fils, à qui il dédie une très belle chanson : Tu peux :

Doué pour le basket „pilier de l’équipe qui adorait transmettre ses compétences“, selon son entraîneur de l’époque, il refuse pourtant une proposition pour intégrer le centre de formation basket-études de Toulouse, préférant rester à Saint-Denis, sa ville natale. Après un baccalauréat littéraire, il passe un diplôme de sciences et techniques des activités physiques et sportives. Mais son destin a prévu autre un autre chemin pour lui. En juillet 1997, alors qu’il anime une colonie de vacances, il fait un plongeon dans une piscine… Le niveau de l’eau est trop bas, la moele épinière en papier maché, il devait rester paralysé. Mais c’était sans compter sur sa persévérance et sa caractère de résistant. En 1999, après une année de rééducation, il retrouve l’usage de ses jambes.

Certes Fabien a écrit ses premiers textes vers quinze ans, mais son rêve reste le sport.  Malheureusement, son accident l’a poussé à envisager un plan B („quand tu voulais faire du sport, mais que tu t’es bien planté, […] prévois un plan B“). En octobre 2003, un soir dans les rues de Paris, il découvre une scène ouverte où des personnes slament. Il y dira son premier texte „Cassiopée“. C’est alors qu’il prend comme nom de scène „Grand Corps Malade“, en référence à son handicap, bien sûr aussi à sa taille, 1,96m! et pour son „côté sioux“, comme il dit. Une année plus tard, il fonde „le Cercle des Poètes sans Instru, un groupe de sept slameurs.

Et c’est ainsi qu’en 2005, il se fait de plus en plus connaître du grand public, en intégrant des scènes et en médiatisant le genre musical avec son premier album Midi 20,  déjà classé 10ème sur 200 parmi les meilleures ventres d’albums! Le succès de cet album se traduit deux ans plus tard en 2017 par deux Victoires de la Musique sur trois  nominations: artiste révélation du public, artiste révélation scène et album révélation. Dans une des chansons de l’album, intitulé midi 20, il retrace sa vie en la placant à l’échelle d’une journée.

A peine deux ans plus tard, sortira un deuxième album, Enfant de la ville, où Grand Corps Malade fait preuve ici d’autodérision dans Unterground.

Les albums se suivent à rythme régulier: en 2010, troisième album, 3ème temps.Ici il s’initie au duo, avec Charles Aznavour et adpate la célèbre pièce de Shakespeare en la transposant à deux adolescents d’une banlieue de Paris, Juliette est issue d’une famille juive et Roméo d’une famille musulmane, Roméo kiffe Juliette. Le clip est également d’une beauté particulière, il a été chorérgraphé par Bintou Dembélé, danseuse de hip hop.

Le 4ème album, Funambule, continue sur cette lignée ; l’un avec le formidable et émouvant Richard Bohringer, l’autre avec Francis Cabrel. C’est dans cette logique que sort son cinquième album, Il nous restera que ça, album coopératif, dans lequel il invite onze artistes à slamer avec lui, comme, Véronique Sanson, Renaud (ta batterie), la magnifique Jeanne Cherhal (quand  nous aurons cent ans) et un duo inattendu avec le fabuleux écrivain, Erik Orsenna,  Ben Mazué.

Suite à cet album, un an plus tard, il sort un nouveau single en duo avec Reda Taliani, chanteur algérien de Raï,  Inch’Allah

Le 9 janvier 2015, il interprète #JeSuisCharlie en hommage aux victimes de l’attentat contre Charlie Hebdo.

En 2012, il publie son livre „Patients“ dans lequel il relate cette année après son accident, en centre de rééducation. Il adapte son livre en 2017 au cinéma. On ne peut pas comparer le film avec Intouchables. Dans les deux, les acteurs ont fait une performance incroyable… Toujours est-il „Patients“ va plus loin, me touche par le fait qu’il va au plus près de ces ‚patients à l’humour noir et au moral de résistant – pas toujours pourtant- et qui doivent se construire un ‚espoir adapté‘ …

 

Et une dernière vidéo qui m’a fait sourire et verser une petite larme…

 

 

 

 

 

 

4 Kommentare

  1. Merci beaucoup pour cet article! En tant qu’Allemande n’aurait probablement pas entendu parler de un slameur français. Son histoire et ses textes sont très touchants, je me réjouis de regarder le film.

Kommentar hinterlassen

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.