Ne pas oublier, pour ne pas recommencer…

Depuis quelques temps en France, certaines révoltes et quelques mécontentements remontent dans la rue. Je ne tiens pas dans ce blogue à faire de politique… mais d’après les derniers événements, je tiens juste à partager avec vous quelques livres, films et chansons pour se rappeler, pour ne pas oublier …. Car oui, ce qui s’est passé il y a à peine plus de 60 ans n’est pas que de l’histoire… N’oublions pas pour ne pas reproduire les mêmes erreurs!
A travers ces divers médias, rappelons-nous aussi que ce ne sont pas toujours ‚les autres‘ qui ont été coupables de tant d’atrocités ; ça s’est passé au seuil de nos portes, là tout près de nous… On a trop tendance à l’oublier. Non, plus jamais ça!!

  • Le dernier des justes de André Schwarz-Bart

Ce livre a reçu le prix Goncourt de 1959. Dans son roman, André Schwarz-Bart imagine l’histoire d’une famille, du nom de Lévy, dans laquelle à chaque génération un tsadik, c’est-à-dire un Juste, apparaît.  La saga tragique de cette famille victime de l‘antisémitisme européen commence du Moyen Âge au temps des croisades jusuq’au au XXème siècle, où Ernie Levy, le dernier des Justes, se retrouve dans un camp de concentration.

  • La Shoah de Claude Lanzmann

 

Ce film documentaire de 10 heures réunit des témoignages de survivants et témoins de l’extermination systématique des Juifs. Claude Lanzmann aura mis 5 ans à produire ce film, pour lequel il a recherché, filmé et questionné de 1976 à 1981 à travers le monde entier.
La Shoah a reçu dès sa sortie le César d’honneur en 1986. Qui plus est, le film a été diffusé en 2012 en Turquie, sur une chaîne publique. En 2013 il a reçu l’ours d’or d’honneur à la Berlinale en Allemagne.
La Shoah a encore et pour toujours sa place dans l’histoire du cinéma et dans l’Histoire.

  • Max de Sarah Cohen Sali

«19 avril 1936. Bientôt minuit. Je vais naître dans une minute exactement. Je vais voir le jour le 20 avril. Date anniversaire de notre Fürher. Je serai ainsi béni des dieux germaniques et l’on verra en moi le premier-né de la race suprême. La race aryenne. Celle qui désormais régnera en maître sur le monde. Je suis l’enfant du futur. Conçu sans amour. Sans Dieu. Sans loi. Sans rien d’autre que la force et la rage. Je mordrai au lieu de téter. Je hurlerai au lieu de gazouiller. Je haïrai au lieu d’aimer. Heil Hitler!»

Ainsi commence ce livre qui nous amène à découvrir à travers les yeux de cet enfant l’impensable projet des „Lebensborn“ mis en place par Himmler bien avant le début de la Seconde Guerre mondiale  : des femmes sélectionnées par les nazis mettent au monde les futurs représentants de la race aryenne, visant ainsi à régénérer l’Allemagne puis l’Europe occupée par le Reich. Sarah Cahen-Sali écrit une fable, certes, mais tout ce qu’elle décrit s’est réellement passé, documents à l’appui!

Je viens de terminer ce livre d’une traite ; impossible de lâcher cette lecture. Max vous entraîne dès son premier jour et vous ne pouvez plus le quitter que vous le haissiez ou éprouviez de l’affection pour lui.  Cette lecture ne vous laissera pas indemme…

  • Le garçon en pyjama rayé

Parallèlement à ‚Max‘, je viens également de lire ce livre avec mon fils, âgé de 10 ans et je vous le conseille vivement pour que cette plus jeune génération sache ce qu’il s’est passé, prenne conscience de l’horreur et témoigne à son tour pour empêcher toute remontée de haine.

 

John Boye suit le petit Bruno, 9 ans,  qui va devoir quitter sa belle et très grande villa de cinq étages à Berlin pour se retrouver dans une petite maison, de trois étages seulement, isolée et au voisinage plus qu’étrange…

Le garçon en pyjama rayé a été aussi porté à l’écran en 2009 :

  • La Rafle

Ce film relate la Rafle du Vél’d’hiv du 16 et 17 juillet 1942. En deux jours, la police française a arrêté à leur domicile plus de 13 mille personnes, dont 4 mille enfants, fichées comme étant juives. Elles ont été rassemblées et détenues au Vélodrome d’hiver à Paris dans des conditions épouvantables pendant quelques jours avant d’être déportées dans un camp de transit du Loiret (Beaune-La-Rolande) puis à Ausschwitz.

  • Calogero

Dans son dernier album, Liberté Chérie, Calogero retrace sous une belle mélodie la tragique histoire du Vélodrome d’Hiver :

2 Kommentare

Kommentar hinterlassen

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.